Le 11 novembre à Colomiers

Français

Commémoration de la guerre et célébration pour la paix

Quatre extraits de lettres de soldats français et allemands rédigées pendant la Première Guerre Mondiale :

Depuis notre départ de la Francheville, il me semble qu’il n’y a plus ni nuit ni jour, c’est la même journée qui se prolonge à travers la lumière et l’ombre, parmi les marches forcées et les combats, parmi les souffrances physiques et morales. La réalité dépasse notre imagination.

Et puis, mon pauvre Maurice, il faut réfléchir que les Prussiens sont comme nous. Vois-tu qu’un garçon prussien écrive à son père la même chose que toi et qu’il lui demande un képi de Français, et si ce papa prussien rapportait un képi de Français à son petit garçon et que ce képi fut celui de ton papa ?

La guerre endurcit les cœurs et les esprits et rend l’homme insensible à tout ce qui pouvait pourtant l’émouvoir et le toucher.  Celui qui laisse envahir son esprit par tous ces événements tragiques survenant rien qu’au cours d’une journée normale ici, celui-là n’a d’autre choix que de perdre la raison ou de passer à l’ennemi, les bras levés.

Je joins une carte postale d’un soldat français. Elle provient du portefeuille d’un français tombé pendant la guerre. Dans la correspondance des français, la même question qui nous taraude aussi revient toujours : « Comment tout cela va-t-il se terminer ? »


Le 11 novembre, le jour de l’Armistice, la ville de Colomiers organise une célébration commémorative pour les victimes de la Première Guerre Mondiale. Les élèves de l’Ecole Allemande de Toulouse et du Lycée International Victor Hugo ont lu devant le Monument aux Morts des extraits émouvants de lettres de soldats de la Première Guerre Mondiale : ces lettres dans lesquelles les soldats français et allemands abordent souvent les mêmes sujets illustrent de façon marquante l’incroyable pouvoir destructeur de la guerre pour les deux parties. Les élèves de la section anglophone du Lycée International Victor Hugo ont fait une lecture des mémoires de la jeune infirmière anglaise Vera Brittains. Bouleversée par ce qu’elle avait vécu pendant la guerre, elle s’est par la suite activement engagée pour le pacifisme.

Des extraits des écrits pacifistes de Vera Brittains ont été lus par les anglais lors de la deuxième cérémonie pour le 11 novembre à la mairie de Colomiers, la cérémonie de la paix. Dans la contribution des élèves allemands il était question de renonciation à la haine et à la violence, sujet que l’alsacien René Schickele a mis en vers dans un poème émouvant, rédigé dans sa langue maternelle, l’allemand.  Les élèves français ont cité une partie d’un discours de Victor Hugo. Avec sa vision d’une Europe unie et pacifique, il était (malheureusement) en avance sur son temps.  Ce n’est qu’avec l’accord européen, survenant plus de 100 ans après le discours inoubliable du poète et philosophe français, prononcé  lors du congrès pour la paix à Paris en 1849, que sa vision d’un grand projet européen pour la paix est devenu réalité.


Le recueillement en mémoire à la souffrance de la guerre et l’hommage à la cohabitation pacifique des peuples européens 100 ans après la Première Guerre Mondiale ce 11 novembre 2015 a rassemblé tous ceux qui étaient présents, bien conscients du fait que nous sommes tous responsables ensemble du maintien de la paix.

Thème

Catégorie

  • Nos partenaires
    Institutionnels
  • Lycée International Victor Hugo
  • Schulen Partner der Zukunft
  • Deustche Auslandsschulen International
  • WDA
  • Consulat Général d'Allemagne Bordeaux