Atelier d’écriture entre les cultures

Français

Atelier d’écriture entre les cultures

L‘auteure Sylvie Schenk en visite à la Deutsche Schule Toulouse

La première phrase donne le ton : il est question d’un tueur à gages qui renonce même à ses vacances pour l’argent.  « Ça sent le suspense, un thriller psychologique », remarque l’intervenante avec satisfaction. Lukas qui aura bientôt son bac en poche, apprécie le compliment de Sylvie Schenk en personne, écrivain renommée, qui a pris la direction pédagogique de la classe 12 de la DST ce matin-là. « A présent, nous allons étoffer l’histoire ensemble », lance-t-elle à l’attention des 13 autres élèves de la classe. Aussitôt les idées bouillonnent.
Les terminales n’en étaient pas à leur première rencontre avec Sylvie Schenk. La veille du début de l’atelier d’écriture, l’écrivain franco-allemand avait fait une lecture d’un extrait de son dernier roman « Le départ du Erik Jansen » au Goethe-Institut, niché dans le cœur du vieux Toulouse. A côté de la directrice de la DST Susanne Self-Prédhumeau et de nombreux enseignants, ces élèves avaient également assisté à ce rendez-vous littéraire. Une française, pour qui l’allemand est une langue étrangère et qui écrit néanmoins dans la langue de Goethe ? Une ancienne enseignante qui a par la suite collaboré à la rédaction de manuels scolaires avant de s’adonner entièrement à l’écriture de romans ? La curiosité des élèves pour cette femme écrivain était piquée au vif. En cours d’allemand, les élèves avaient eu l’occasion de se familiariser avec des extraits de son œuvre.
La venue de cette intervenante franco-allemande s’intégrait parfaitement dans le profil pédagogique de l’Ecole Allemande de Toulouse, et cela à plusieurs titres. D‘une part la DST, lieu de rencontre des cultures et d‘échange franco-allemand s’est imposée comme une évidence. Dans les années passées, la coopération avec l’école d’accueil française, le Lycée International, a été renforcée.  Les élèves d’origine allemande, française et britannique apprennent ensemble dans des groupes de travail trilingues. La semaine franco-allemande, annuelle est sans aucun doute célébré à la DST comme dans aucune autre école en Allemagne. A travers des projets d‘enseignement communs, d’un tournoi sportif et d’une soirée spéciale, les 50 ans d’amitié franco-allemande seront à l‘honneur en 2013. « Chez nous, ce n’est pas un moment isolé », déclare Susanne Self-Prédhumeau. « Nous vivons la coopération internationale au quotidien. Nos élèves sont les Européens de demain. »
L’atelier d’écriture de Sylvie Schenk s’intègre par ailleurs dans le cadre de la promotion de la lecture, point fort du programme scolaire à la Deutsche Schule. Pour atteindre cet objectif, les enseignants et les parents s’investissent pleinement, que ce soit à travers des projets de lecture ou des concours de poésie, une bourse aux livres ou les actions pour enrichir l’offre des bibliothèques scolaires. Il ne s’agit pas seulement d’éveiller ou de cultiver le plaisir de lire auprès des élèves. « Nous souhaitons également contribuer à la promotion des langues », explique la directrice de la DST. « Cet aspect est d’autant plus important pour les enfants vivant à l’étranger. »
Les intervenants étrangers sont maintenant monnaie courante à la DST, située aux portes de Toulouse. Rien que cette année scolaire, les élèves de Terminale ont pu accueillir de nombreuses personnalités et discuter par exemple de la place des énergies renouvelables ou de l’importance de la langue allemande en direct avec des spécialistes.
« L’allemand est une langue qui se prête davantage aux jeux de mots que la langue française », voici le crédo de Sylvie Schenk. Les élèves de Terminale se voient encouragés par elle à se fondre dans la peau du tueur à gages. Karina et Julie écrivent régulièrement, elles tiennent un journal de bord. Lukas aussi a des facilités car il réécrit de temps à autre la fin de romans qu’il a lus.  L’auteure s’en réjouit. Cependant, selon elle « l’écriture n’est pas un métier dont on peut vivre. On ne peut qu’en mourir (de faim) ». Il n’y a pas lieu de s’inquiéter : aucun des élèves de terminale de la DST n’envisage de carrière littéraire. Leur motivation pour l’atelier d’écriture n’en reste pas moins sincère.       

Thème

Catégorie

  • Nos partenaires
    Institutionnels
  • Lycée International Victor Hugo
  • Schulen Partner der Zukunft
  • Deustche Auslandsschulen International
  • WDA
  • Consulat Général d'Allemagne Bordeaux